MALI TWIST

La Fondation Cartier rend hommage à cet illustre photographe Malick Sidibé disparu l’année dernière.

Passionné de dessin et de bijouterie, il intègre l’école des arts du Soudan de Bamako au début des années 50. Jeune diplômé, c’est pourtant vers la photographie qu’il se tourne en intégrant le magasin-studio photo de Gérard Guillat dit « Gégé la pellicule ». Fort de cet expérience, il ouvre le studio Malick en 1962. Des cérémonies aux rencontres de football en passant par les surprise-parties dans les clubs de jeunes, l’objectif de Malick Sidibé immortalise les évènements de la vie bamakoise. Il répertorie soigneusement les clichés en attendant que les modèles veuillent les acquérir. Avec la disparition des clubs et l’engouement des boîtes de nuit, il se consacre aux portraits et ce jusqu’à la fin de sa vie. Pendant 40 ans tout Bamako s’est pressé dans ce studio aux formes graphiques, devenu si célèbre.

Cette exposition  rassemble des clichés inédits, retrouvés dans les archives de son studio, où l’on découvre une jeunesse qui jouit du vent d’insouciance et de liberté apportée par  l’indépendance.

Pour prolonger le plaisir, les soirées nomades seront consacrées, pendant la durée de l’exposition, à l’héritage de Malick Sidibé: Concerts, bals, discussions, lectures. défilé de mode, studio photo.

Où:

Fondation Cartier pour l’art contemporain

Quand: 

Du 20 octobre au 25 février 2018

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s